L'experience de stage de Cloé à la FEG

L'enseignement des génocides: Vecteur d'inclusion et de tolérance

Écrit par Cloé Dubuc

En tant que future diplômée d’un baccalauréat en relations internationales et droit international, je me suis toujours intéressée aux crimes internationaux et aux interventions de la communauté internationale pour la répression de ces crimes. Lorsque j’ai constaté l’offre de stage de la Fondation pour l’étude des génocides, j’ai été impressionnée par son travail et ses réalisations. Le fait que de jeunes étudiants forment la majeure partie de son auditoire m’interpelait également. J’ai étudié en enseignement au primaire il y a quelques années et c’est pourquoi je suis convaincue que l’enseignement des génocides est une clé pour inculquer aux jeunes des valeurs de tolérance, de respect et d’empathie. Je ne pouvais donc laisser passer l’opportunité de faire partie du changement et d’une lutte pacifique contre les génocides.

Je me suis intéressée à la Fondation pour l’étude des génocides, par intérêt pour la documentation et l’histoire des génocides. Toutefois, la Fondation est, et fait, bien plus que cela. Elle s’engage dans une lutte globale contre le racisme, l’anti-sémitisme et la discrimination. Alors que nous assistons à une recrudescence mondiale de la violence, le travail de la Fondation en lien avec l’enseignement des génocides est crucial aujourd’hui. Pour mettre fin aux violations des droits humains et aux atrocités des crimes de génocides, nous devons outiller et éduquer la prochaine génération dans les valeurs promues par la Fondation, et ce,  afin qu’elle lutte pour ce qui est juste. Je suis convaincue que le travail de la Fondation aura un impact majeur sur les jeunes et l’avenir.

De manière plus générale, de multiples raisons peuvent être émises quant à l’importance de travailler dans le domaine de la défense des droits humains et de la lutte contre les génocides. En tant qu’étudiante dans ce domaine, il est plus qu’important d’utiliser mes connaissance pour lutter contre la discrimination, la violence et les injustices. De plus, afin de mobiliser l’opinion publique et les décideurs politiques, il est crucial de s’assurer que les violations des droits humains soient documentées et communiquées. Finalement, en travaillant dans ce domaine, nous avons l’opportunité d’enseigner aux jeunes le respect, la tolérance et l’inclusion, des valeurs fondamentales à la construction d’un meilleur monde.  Avec le travail de défense des droits humains et les réalisations de la Fondation, nous assurons ainsi que les générations futures reconnaissent les différentes étapes d’un génocide et empêchent l’histoire de se répéter.

Leave a Reply